FIELD, PERFORMANCE

EN 

FIELD starts from the principle that sounds can be generated from the electromagnetic fields omnipresent in the environment. In this performance, residual electric signals, imperceptible to the eyes and ears, are picked up by electromagnetic transducer microphones and become the materials of the work. Even though they are intangible, they are subject to manipulation.

 

On stage, Martin Messier interacts with two aluminum panels with multiple patches whose inputs and outputs are interconnected. The sound and light composition emerges through a continuous movement of plugging and unplugging between the panels – the possibilities are endless. By his performative gestures, Martin improvises audiovisual configurations that are similar but never exactly the same. Variations between the ambient electromagnetic flow and the connections made by the artist generate an effect of fluctuation from one performance to the next – a fluctuation that constitutes the constant of the work.

 

With FIELD, Messier gives material form to this otherwise inaudible, invisible flow. He becomes the operator through whom the work is activated and brought into the real world. A veritable mimesis of electromagnetic current, the visual aspect can plunge the audience into a hypnotic state: the omnipresent imperceptible power that surrounds us is stripped of it mystery here and finally seems accessible to us.  

 

FIELD speaks to the invisible forces around us: their ascendancy and their interdependence. Although they interact at an absolutely indiscernible level, they underlie our gestures and movements and carry us in a way. In this sense, the work and the artist arrive together at an exchange that determines the conditions of the visual and sound elements of the performance: blinding lightning and electricity conduction.

 

 

THE PRESS 

« show was like nothing that had even been seen before »

—Exclaim

 

« a virtuosic gesamtkunstwerk »

« Messier's stage presence is mesmerizing; he communicates abstracly but directly with his audience, without artifice. »

—vanclassicalmusic.com

 

 

CREDITS 

Concept, audiovisual composition, programming and performance : Martin Messier

Interface : Thomas Payette

Technical design : Thomas Payette, Maxime Bouchard, Frédérique Folly

Production : 14 lieux

 

 

 

FR 

FIELD part du principe qu’il est possible de générer des sons à l’aide des champs électromagnétiques omniprésents dans notre environnement. Ces signaux électriques résiduels, imperceptibles pour l’œil et l’oreille, sont captés à l’aide de microphones à transducteurs électromagnétiques, et deviennent les matériaux de la performance. Impalpables, ils font néanmoins l’objet de manipulations.

 

Sur scène, Martin Messier interagit avec deux panneaux d’aluminium à connexions multiples (patch) dont les entrées et les sorties sont reliées les unes aux autres. Par un mouvement continu de branchements et débranchements entre les différents panneaux – dont les possibilités pourraient être infinies – la composition sonore et lumineuse émerge. Un agencement audiovisuel est ainsi improvisé par le geste performatif de l’artiste. Toujours semblable, cet agencement n’est cependant jamais exactement le même. Des variations entre les aléas électromagnétiques ambiants et les connexions performées par l’artiste vont générer un effet de fluctuation d’une performance à l’autre – fluctuation qui est finalement la constante de l’œuvre.

 

Avec FIELD, Messier rend matériels ces flux autrement inaudibles et invisibles. Il devient l’opérateur par qui l’œuvre est activée et rendue au monde réel. Véritable mimesis du courant électromagnétique, l’aspect visuel est propre à plonger le public dans un état hypnotique : cette puissance, imperceptible et omniprésente, qui nous entoure semble ici extraite de son mystère – ne serait-elle pas finalement à notre portée ?

 

FIELD est une œuvre qui nous parle des forces invisibles qui nous entourent : de leur ascendance et leur interdépendance. Alors qu’elles interagissent à un niveau absolument indiscernable, ces forces nous portent en quelque sorte, elles sous-tendent nos gestes et nos mouvements. En ce sens, l’œuvre et l’artiste effectuent ensemble une forme d’échange dont dépendent les conditions d’apparition des éléments visuels et sonores de la performance : éclairs aveuglants et conduction d’électricité.

 

Les champs électromagnétiques qui nous environnent font partie d’un écosystème complexe, et FIELD en excave momentanément les mouvements souterrains.

 

 

CRÉDITS 

Concept, composition audiovisuelle, programmation et performance : Martin Messier

Interface : Thomas Payette

Design technique : Thomas Payette, Maxime Bouchard, Frédérique Folly

Production : 14 lieux

 

 

AGENT 

La chasse galerie, Marc Langlois

mlanglois.mtl@gmail.com

© Martin Messier

© Martin Messier

© Martin Messier

© Martin Messier

© Martin Messier

Video