SEWING MACHINE ORCHESTRA, INSTALLATION

EN

Martin Messier’s installation, SEWING MACHINE ORCHESTRA, invites us to closely observe the choreography of twelve sewing machines orchestrated by computer and amplified by contact microphones. Like a many-headed metal monster in continual movement, the machines perform with increasing power, flooding the space with a tonality that becomes progressively heavier.

​

Starting slowly, the rhythm accelerates, generating a cacophonic concert. The installation gradually drives the motors up to top speed, releasing the machines’ full noise potential. The work is unsettling by the general agitation that emanates from it as the sound composition animating it builds to a crescendo.

​

Exemplary of precise tool-making, sewing machines play both a personal and collective role in the economy. The objects used here are not industrial. Collected and re-assembled, domestic sewing machines, lined up together and with autonomous action, create an effect of unreality. Ghost objects of another era, they evoke a past transfigured and brought back, de-contextualized,.to the present.

​

The machines are running on idle. Instead of carrying out their normal, useful roles – making clothes, joining materials together – , in this context, they are unproductive, contradicting their function in the private sphere while still reminding us of their existence as object-tools. In the SEWING MACHINE ORCHESTRA, they are disconnected from their labour-related past and set in a neutral time-space.

​

The light design, an external but ever-present element, is an important part of the installation. Punctuating the overall choreography, it accentuates the spectral effect of the work and reveals shadows of the past.

​

​

CREDITS

Concept, programming, light and sound : Martin Messier

Technical director during creative process : Jean-François Piché

Tour technical director : Maxime Bouchard

Producer : 14 lieux 

Co-producer : Maison des Arts de Créteil

​

This video has been shot at Lydgalleriet (Bergen, Norway)

This creation was made possible with the support of the Conseil des arts et des lettres du Québec 

​

​

​

​

FR

L’installation SEWING MACHINE ORCHESTRA de Martin Messier est une invitation à observer de près la chorégraphie de douze machines à coudre orchestrées par ordinateur et amplifiées à l’aide de microcontacts. Telles les multiples têtes d’un monstre de métal, les machines se déploient en puissance dans un mouvement continu et envahissent l’espace d’une sonorité qui gagne graduellement en lourdeur. 

​

D’abord lent, le rythme tend à s’accélérer, jusqu’à générer un concert assourdissant : l’installation lance les moteurs vers l’acmé de leur vélocité et libère le potentiel sonore des machines. L’œuvre inquiète par l’agitation générale qui en émane à mesure que progresse la composition sonore qui l’anime. 

​

Évoquant un travail d’une impeccable précision, les machines à coudre sont des outils dont l’usage participe d’une économie à la fois personnelle et collective. Ici, les objets ne sont pas industriels. Accumulées et rassemblées, ces machines à coudre domestiques créées ensemble un effet d’irréalité. Alignées dans l’espace, elles s’activent de manière autonome. Objets fantômes référant à une autre époque, elles évoquent un autrefois transfiguré et ramené au présent, décontextualisé. 

​

Ce sont des machines qui tournent à vide. Alors qu’elles servent normalement des fins d’utilité – l’assemblage de vêtements ou de textile x – elles sont, dans le contexte, improductives. Ce faisant, elles contredisent leur propre fonction au sein de l’espace privé tout en rappelant à notre mémoire leur existence d’objets-outils. Les machines de SEWING MACHINE ORCHESTRA sont celles d’un labeur évacué au profit d’un espace-temps désintéressé. 

​

Élément externe et pourtant bien présent, la composition lumineuse fait partie intégrante de l’installation. Ponctuant l’ensemble de la chorégraphie et accentuant l’effet spectral de l’installation, la lumière révèle aussi les ombres du temps passé. 

​

​

CRÉDITS

Concept, programmation, lumière et musique : Martin Messier

Directeur technique lors de la création : Jean-François Piché

Directeur technique lors de la tournée : Maxime Bouchard

Production: 14 lieux 

Co-production : Maison des Arts de Créteil

​

La création de cette oeuvre a été rendu possible grâce au support du Conseil des arts et des lettres du Québec 

​

​

AGENT

La chasse galerie, Marc Langlois

mlanglois.mtl@gmail.com

© Alexis Bellavance

© Alexis Bellavance

© Martin Messier